share on:
Rate this post

L’herbe Rumex est commune dans les jardins, mais elle peut aussi être très envahissante. Si vous recherchez des moyens efficaces et durables pour vous débarrasser définitivement de l’herbe Rumex, cet article est fait pour vous. Nous examinerons les causes de l’apparition de l’herbe Rumex et les différentes techniques qui peuvent être utilisées pour la contrôler et la prévenir. Ensuite, nous verrons comment bien l’éliminer, et les méthodes à long terme que vous pouvez adopter pour vous assurer que vous n’aurez plus à vous en soucier. Avec les bonnes stratégies, vous pouvez vous débarrasser définitivement de l’herbe Rumex et profiter de votre jardin en toute sérénité.

Les caractéristiques du rumex 

Le rumex est une plante vivace qui fait partie de la famille des Polygonacées. La variété la plus problématique du jardin est le Rumex crispus qui peut atteindre une hauteur d’un mètre. De plus, elle se développe très vite et peut s’avérer difficile à éliminer si on ne réagit pas rapidement. Il existe plusieurs variétés, les plus courantes sont :

  • Le Rumex acetosa : également connu sous le nom d’oseille sauvage.
  • Le Rumex obtusifolius, ou rumex crépu.
  • Le Rumex acetosella, communément appelé petite oseille.

Il est facile à identifier grâce à ses tiges dressées et robustes sur lesquelles s’épanouissent ses fleurs et son feuillage vert. On remarque ensuite la présence de valves fructifères qui flottent sur l’eau ou qui sont attachées à la fourrure des animaux.

Il se propage très rapidement car une seule plante peut produire jusqu’à 50 000 graines. La tâche de désherbage est alors très complexe car les racines pivotantes compliquent le processus.

Facteurs influençant sa croissance

On observe que la présence et la croissance des espèces de rumex obtusifolius et crispus sont principalement reliées à la nature des sols. Cela peut aussi être dû à des pratiques agricoles inappropriées. Il est fréquent de retrouver cette plante dans des endroits où les terres sont trop compactes et aplaties.

Le développement de cette plante est stimulé par les engrais riches en azote et en potasse. Pour réduire sa présence, on vous conseille d’amender la terre avec du compost et du sable, et de modifier vos méthodes de culture.

Elle s’installe plus facilement sur des terres dures où les autres végétations sont peu présentes. Elle peut également s’installer dans des trous de gazon si ces derniers reçoivent beaucoup d’ensoleillement. La germination s’accélère si les graines sont exposées à la lumière.

Lire aussi  Évacuations pour un lavabo : à quelle hauteur les installer ?

Le rumex repousse plus aisément que les graminées après une coupe.

Si le fumier n’est pas bien réparti, les trous de terre sont favorables à la croissance du rumex.

Comment éliminer le Rumex ?

Les méthodes de culture pour freiner sa propagation

Il est conseillé de faucher avant que le rumex ne fleurisse. Ramassez les inflorescences pour éviter que les graines soient répandues partout. Malheureusement, cette méthode est peu efficace car leur quantité est très importante.

Laissez les inflorescences sécher. Vous pouvez ensuite les brûler ou les enterrer dans le sol.

Ne pas déposer le rumex que vous avez arraché sur le tas de fumier.

La germination est stoppée si vous le mettez dans le compost. En effet, cette plante ne supporte pas la température élevée.

Le paillage est une technique efficace pour empêcher sa germination, à condition de l’appliquer en grande quantité. Vous pouvez aussi semer des engrais verts.

Les méthodes manuelles

Vous pouvez arracher le rumex à la main lorsqu’il est encore petit, en début de printemps, après une averse, par exemple. Cette méthode est plus simple que pour le chiendent.

Si vous souhaitez éviter que le rumex prolifère au jardin, le mieux est de ne pas le laisser fleurir. En une année, ce dernier produit environ 60 000 graines, dont 15 % germent six jours après la floraison et le reste 18 jours plus tard.

La meilleure solution est donc de retirer le rumex le plus rapidement possible avant la floraison.

Vous pouvez l’arracher avec une pioche, une fourche ou une gouge, à condition de ne pas mettre plus d’une plante à chaque mètre carré. Cette opération est à réaliser quand le sol est humide et frais, en extraire la racine sur 12 à 15 cm de profondeur. Vous pouvez aussi utiliser la bêche si vous êtes certain que le rumex ne dépasse pas un an.

Vous pouvez également employer des outils mécaniques à fraise, mais les trous seront alors plus grands.

Le brûlage à cœur est une option, même si les résultats ne sont pas garantis.

Réensemencez vite les zones que vous avez dégagées pour éviter le développement du rumex.

Méthode de lutte biologique

Le Gastrophysa viridula est le seul prédateur naturel du Rumex. Une méthode simple et efficace pour lutter contre cette mauvaise herbe est l’utilisation d’un champ en jachère à proximité de vos cultures afin d’attirer ces insectes. Malgré tout, ce résultat n’est pas garanti, à moins que vous envisagiez un grand nombre de lâchers. Cependant, la méthode biologique est une aide précieuse pour la lutte contre cette mauvaise herbe.

Lire aussi  Réinventer le Business dans le District du Cher : Opportunités et Vision Future

Une solution écologique

Le vinaigre blanc que l’on trouve en magasin est un herbicide à base de produits naturels, qui brûle les parties aériennes des plantes lorsqu’il est appliqué. Il ne pénètre pas dans la sève ou les racines des végétaux, et les mauvaises herbes peuvent repousser par la suite. Cette méthode est parfaite pour les endroits où l’on ne cultive pas.

Il est recommandé de l’utiliser le matin, sur les jeunes pousses. Les jeunes plants meurent généralement complètement. On peut le laisser pur, dilué, mélangé avec du produit vaisselle ou du sel.

Les méthodes chimiques

Selon le droit français et les directives européennes, le traitement chimique est autorisé à condition qu’il soit limité. Vous devez avoir le Certiphyto, qui atteste que vous avez les connaissances requises pour utiliser des pesticides de manière sûre et en réduire leur utilisation.

Il existe différents produits qui sont efficaces. Ils sont fabriqués à partir de substances appelées anti-dicotylédones qui sont capables de détruire les plantes dicotylédones et les légumineuses telles que le trèfle. Il faut alors répandre ce produit sur la surface du champ. Il est même préférable de traiter, plante par plante.

Respecter les règles en cas de traitement chimique

  • Il est préférable de traiter lorsque la sève monte, en avril. Le traitement, lorsqu’il est effectué à l’automne, permet de préserver les plantes que vous souhaitez. Le choix entre ces deux options vous appartient.
  • Effectuez ce traitement de préférence le soir ou le matin très tôt, quand l’humidité est suffisante. Si elle est très élevée, ne le faites pas par temps chaud.
  • Ne le réalisez pas lorsque le vent atteint 10 km/h.
  • Attendez ensuite 10 à 15 jours avant de permettre aux animaux d’entrer dans cette zone.
  • Ne traitez pas en cas de pluie, prévue ou en cours.
  • Respectez bien les dosages et portez une tenue adaptée.

Vous devez réitérer ce traitement chaque année. Il faut également savoir que ces traitements ne sont pas complètement efficaces, ils ne peuvent pas les éradiquer définitivement. C’est pour cette raison qu’il est préférable d’agir sur les conditions favorables à leur développement.

Quelle méthode est la plus efficace pour s’en débarrasser définitivement ?

Réponse : La méthode la plus efficace pour s’en débarrasser définitivement est de désherber manuellement et de couper les feuilles et les tiges à ras le sol.

L’utilisation d’herbicides est-elle efficace pour éliminer le Rumex ?

Réponse : Oui, l’utilisation d’herbicides peut être efficace pour éliminer le Rumex, mais il est préférable de vérifier auprès de votre service de l’environnement local pour connaître les produits chimiques autorisés.

Quelle est la période la plus appropriée pour s’en débarrasser ?

Réponse : La période la plus appropriée pour s’en débarrasser est le printemps car c’est le moment où les plantes sont les plus actives et où les mauvaises herbes sont les plus susceptibles de repousser.